mardi 15 novembre 2011

Délais de carence à la fonction publique... pchuit...

Bon, je vais faire mon réac', tant qu'à écrire un billet, autant rester dans la ligne dure.
Le gouvernement nous fait un coup de populisme, c'est pas la première fois, ce n'est pas non plus le seul gouvernement à le faire puisque le populisme et devenu l'action politique majeure aujourd'hui.
En l'occurrence, il s'agit de la suppression du délai de carence chez les fonctionnaires.
Pourquoi populisme? Pourquoi réac'?
C'est gentil de vouloir faire porter le chapeau de la dette publique aux fonctionnaires, on peut croire que c'est très petit et con, mais beaucoup vont y croire, plus c'est con, mieux ça passe, c'est connu.
Je n'aime pas trop ces méthodes, mais bon.
Sur le fond en revanche, je ne peux qu'applaudir (c'est la partie réac').
Je commence à connaitre les vieux arguments, ne pas accepter le nivellement par le bas et c... J'ai déjà entendu ça à l'époque des retraites inégales, mais au final, rien ne sera nivelé par le haut et au final, si rien ne change, certains ont des avantages que les autres n'ont pas.
La bonne affaire dira l'autre, pourquoi punir les fonctionnaires? N'ont-ils pas le droit d'être malades?
Je bosse en Suisse, le suisses n'ont pas la réputation d'être fainéants et pourtant...
A Genève on a droit à 2-3 jour d'arrêt maladie par mois sans aucune justification médicale, c'est comme ça.
Et bien, un nombre incroyable de mes collègues ont 2-3 jours de congé de plus que moi par mois.
C'est quand même étonnant...
Je me demande ce qu'il en serait, si ce droit à l'absence non-justifiée était supprimé?
Si tu offres la possibilité aux gens de frauder, ils fraudent, si tu mets des garde-fous, c'est mieux.
Je n'ai pas le temps de chercher les statistiques sur le nombre de congés maladie selon les corps de métiers, la distinction privé/public. Je l'ai juste aperçu au JT, mais j'ai le souvenir que le taux d'absentéisme était plus important dans la fonction publique qu'ailleurs.
Est-ce dû aux conditions de travail?


17 commentaires:

  1. On devrait supprimer les congés payés. Il y en a qui en profitent.

    RépondreSupprimer
  2. On devrait supprimer les arrêts-maladies, y en a qui se soignent.

    RépondreSupprimer
  3. Tant qu'à y être on devrait supprimer les salaires, ça plombe les comptes des entreprises et de l'Etat.

    RépondreSupprimer
  4. Quand Mtislav pète, vous chiez.

    RépondreSupprimer
  5. Quand les médias éternuent tu te mouchesµ.

    RépondreSupprimer
  6. tiens une lettre grecque exilée, faut la renvoyer chez elle sinon elle va louper le bon remède du docteur Europe...

    RépondreSupprimer
  7. Ouais, donc dès qu'on a une sensibilité qui diffère un peu de la votre, ça veut dire qu'on suit sagement les médias et donc aussi la majorité.
    C'est bizarre j'ai en mémoire une conversation avec Fabrice pendant laquelle nous tombions d'accord sur certaines mesures à prendre pour réduire les déficits, mais je vois que les mesures ne doivent surtout pas toucher une certaine partie de la population, sinon c'est la levée de boucliers générale.
    Bravo!

    RépondreSupprimer
  8. ça veut juste dire que si tu nous accuse de suivre Mtislav il est aussi très facile de te renvoyer que tes deux derniers billets sont des réactions à des séquences du JT, allant très dans le sens desdistes séquences.

    Tu sautes sur les chiffres sans chercher les raisons (un indice : dans la territoriale souvent on continue à compter les agents en longue maladie comme faisant partie des effectifs, un agent absent 35 jours par an ça gonfle souvent fortement une moyenne), ne viens pas te plaindre derrière si on te le fait remarquer.

    Un problème d'absentéisme dans la fonction publique ? Oui
    Aussi gros que celui qu'on dit ? Pas vraiment

    Mais quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage...

    RépondreSupprimer
  9. Pardon? Mon dernier billet peut difficilement s'inspirer d'Envoyé Spécial, vu que j'ai zappé après 5mn qui m'ont gonflé. J'ai un avis, tu sais...
    Quand à celui-là, je ne suis personne, j'écoute, je lis et je réagis, mais bon.
    Tu admets un problème d'absentéisme dans la fonction publique mais tu refuses le coup de vis, je comprends pas, tu as sûrement une autre solution, ou est-ce que ce problème ne mérité pas qu'on s'y attarde?

    RépondreSupprimer
  10. C'est un problème qui mérite qu'on s'y attarde, mais pas comme ça.

    Si on veut être intelligent il faut d'abord :

    1) trouver les raisons principales de cet absentéisme (l'image d'Epinal du fonctionnaire fainéant c'est facile mais un peu court)
    2) chercher les moyens organisationnels de réduire ces raisons (et pas de "coaching" et autres âneries comme c'est la mode actuellement)
    3) mettre en place un vrai contrôle des arrêts maladie, par des médecins et pas par des DRH ou des statisticiens
    4) établir une liste de sanctions assez lourdes pour que le jeu de la fraude devienne trop dangereux.

    Et tu sais quoi ? Ben ça peut aussi s'appliquer au privé parce que selon les tableaux du JT y'a 1 jour de différence entre public et privé niveau moyenne des arrêts maladie (11 contre 12).

    Le gros score (22 jours) vient de la territoriale, et je t'ai déjà expliqué comment, parfois, il est facile de faire monter la moyenne en étant un poil malhonnête.

    RépondreSupprimer
  11. 1)Crois le ou non, mais l'image d'Epinal du fonctionnaire fainéant ne m'intéresse pas, mais en revanche, je sais que les gens s'engouffrent dans les brèches et que beaucoup de gens sont de base fainéants.
    Pour la suite je vois que tu es beaucoup plus sévère que le retrait des 3 jours de carence, donc en gros, soit on y va à fond, soit on ne fait rien.

    RépondreSupprimer
  12. Les jours de carence c'est une imbécilité.

    D'une part c'est totalement injuste (les gens vraiment malades ne le choisissent pas, les pénaliser financièrement est une absurdité sans nom) et d'autre part contre-productif puisque ça va juste inciter les fraudeurs à jouer les arrêts longs au lieu de multiplier les courts.

    Et oui, en règle générale je suis pour qu'on fasse les choses à fond, faire dans la demi-mesure c'est repousser le problème, pas le régler.

    RépondreSupprimer
  13. Ce qui n'explique pas pourquoi on passe à 4 jours de carence dans le privé. Et quand je lis que "beaucoup de gens sont de base fainéants", je me dis que j'ai affaire à quelqu'un qui sait de quoi il parle. En ce qui me concerne, faisant partie de l'élite et étant d'un naturel courageux, je ne partage mon mépris pour les êtres insignifiants qu'avec ceux qui sont dotés de la carte de membre.

    RépondreSupprimer
  14. Avant d'étaler tes lieux communs de réac-gissant, trop vite et avec ses tripes, tu pourrais te donner la peine de t'informer un peu et d'essayer de comprendre ...
    Ce que t'explique Fabrice, on ne met même pas 2 mn en cherchant sur le Net, par exemple là :
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/11/16/arret-maladie-quelles-sont-les-differences-entre-public-et-prive_1604427_3224.html
    A part ça, quand on parle de soins et de prise en charge, je repense tout le temps au livre de Florence Aubenas, le quai de Ouistreham, où elle explique que les gens avec qui elle travaille vont se faire arracher les dents, toutes les dents, parce que l'arrachage et le dentier sont remboursés, et qu'ils n'ont pas les moyens de soigner leurs dents qui les font souffrir ...
    Faire croire que c'est en mettant un jour de carence aux fonctionnaires que ça va éviter les tricheries, c'est n'importe quoi. C'est dire que "au moins, ceux qui s'arrêtent le feront que quand ils sont VRAIMENT malades" ... parce que par définition, un fonctionnaire est fainéant, mais c'est aussi traiter les médecins d'imbéciles (eux qui voient augmenter le malêtre au travail de façon exponentielle).
    Quant à l'augmentation à 4 jours de carence dans le privé, c'est carrément révoltant, quelqu'un qui a un arrêt d'une semaine aujourd'hui, c'est quand même en général qu'il est vraiment mal, et il va le payer avec un cinquième de salaire en moins, c'est énorme, et très injuste.

    RépondreSupprimer
  15. Manuel,

    Le problème fondamental de cette affaire est que les médias ont assommé tout le monde avec ce jour de carence pour les fonctionnaires, et ont ainsi totalement minimisé le quatrième jour pour les salariés du privé. Les journalistes de ce pays montrent ainsi leur niveau de collusion avec le pouvoir, une fois de plus...

    L'inégalité que tu évoques ici est toujours totalement présente...

    RépondreSupprimer
  16. Pour les stats et une analyse des arrêts-maladie : http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2011/11/am.html

    RépondreSupprimer