dimanche 31 janvier 2010

Le racisme anti-chinois

Sur ce blog, nous dénonçons régulièrement le racisme, craignons les répercussions du débat sur l'identité nationale, expliquons le malaise des banlieues et des enfants d'immigrés de nos anciennes colonies par le racisme dont ils victimes, par la colonisation elle-même, et bien je vais aller un peu plus loin dans la dénonciation du racisme en France.
Je suis marié à une japonaise, nos lecteurs assidus le savent probablement déjà, et les moins perspicaces vont se demander le rapport qu'il y a avec le titre. Japonais n'est pas chinois...
Et bien aux yeux de beaucoup, chinois, japonais, vietnamiens, coréens, laotiens, et j'en passe, sont tous chinois. Les yeux un peu bridés, et on passe directement dans la catégorie chinois.
Je vous invite à lire attentivement cet excellent billet sur le sujet.
Je vais éviter de faire doublon avec ce billet très complet, et me concentrer sur ce j'ai vécu, ou plutôt entendu raconter par ma femme et vous donner les conclusions que j'en tire.
Le racisme anti-chinois est politiquement correct, on a le droit de dire que les restaurants chinois sont sales, qu'ils font mystérieusement disparaître leurs morts, qu'ils sont tous adeptes d'art martiaux et qu'ils font probablement tous plus ou moins parti d'une mafia chinoise hollywoodienne. Depuis quelques années on a même découvert la peur de l'envahissement par cette immigration silencieuse, modèle d'intégration, non violente et donc de fait, dangereuse.
Si l'on y ajoute notre soudaine préoccupation des problèmes tibétains, les chinois sont clairement des vilains.
Mon épouse et moi avons vécu 1 an à Pantin, dans le 93, et en 1 an, ma femme s'est faite physiquement agressée par un bande de petites racailles, une amie japonaise s'est faite balancée dans une bouche de métro et volée son sac, tout ça agrémenté de "sale chinoise", et autres termes qu'elle n'a peut-être pas compris vu son français balbutiant de l'époque. Sinon, on l'a souvent pris pour une pute, parce qu'une asiatique allant à ses cours de français en longeant le canal de l'Ourcq en pleine journée, est probablement nécessairement un pute.
Je ne compte plus les insultes proférées dans la barbe, celles à peine audibles mais suffisamment pour qu'on les entende.
Bizarrement, et Fabrice et Mathieu me diront si je me trompe, je n'ai jamais entendu de telles histoires à propos de leurs compagnes, qui pourtant vivent depuis des années dans le même coin... Elles sont françaises de souche...
Et je vais vous dire ce que cela a provoqué chez elle (ma femme), un rejet ( temporaire - heureusement nous avons quitté ce département) des jeunes d'origine arabes et black. Pourquoi? Car toutes ces expériences désagréables étaient le fait de ces jeunes.
Allez donc lire ce coup de gueule pêché sur un forum qui reflète bien le malaise vécu par nos concitoyens asiatiques.
Ce que j'ai observé dans le quartier dans lequel j'ai grandi, à Pantin, c'est que des magasins chinois sont apparus là où il n'y avait rien, que ces magasins ont grandi avec le temps. J'ai également remarqué que le nombre d'asiatiques avait grossi avec le temps et pourtant, je n'ai encore jamais vu une bande de jeunes chinois trainer aux abords d'un centre commercial, ni me demander une clope ou 1 euro.
La jalousie est le vecteur principal du racisme avec la peur, on a jalousé le juif, on a fini par l'exterminer en Allemagne nazie, on jalouse le chinois mais je ne pense pas qu'on finisse par exterminer l'asiatique, par contre, on pourrait casser leurs vitrines et foutre sur la gueule d'individus estampillés, gniakoués, bridés ou jaunes.
Cela ne doit pas être évident à vivre, quand on est d'origine étrangère, que l'on vit dans une espèce d'auto-victimisation permanente, et que l'on voit une autre forme d'immigrés réussir en quelques années là on l'on échoue du fait de sa différence physique...
Les asiatiques n'ont pas non plus des gueules de gaulois que je sache...
Lors d'une émission télé dont je ne me souviens plus le nom, un expert de la Chine expliquait que le china- towns, parisiens, Paris XIII et Belleville, n'étaient en fait que des plateformes d'accueil pour les nouveaux arrivants. Ils y trouvent du boulot, remboursent leurs dettes (de voyage) et si fait, ils partent, quittent le "ghetto" communautaire pour se mélanger à la société française et faire du fric, réussir. Certains feraient bien de s'inspirer de cette mobilité salutaire.
Ce billet aura peut-être choqué certains, mais je vous assure que lorsque vous aurez entendu les histoires que m'a raconté ma femme, de la bouche de la vôtre, vous laisserez de côté la langue de bois bien-pensante pour taper là ou ça fait mal.
Je veux bien continuer à me battre pour certains principes fondamentaux de l'image que j'ai de mon pays, mais je me refuse à ignorer les torts de notre jeunesse désoeuvrée en trouvant sans cesse des excuses à leur connerie.
Ayant moi-même vécu la majeure partie de ma vie à l'étranger, je sais que pour s'en sortir, il faut se sortir les doigts du cul, et glander en insultant ceux qui s'en sortent mieux, c'est plutôt rajouter un doigt. Et au risque d'être vulgaire, je rajouterai qu'il suffit alors de retirer ces doigts pour que le FN y glisse...

samedi 30 janvier 2010

Fin du calvaire administratif!


Après moultes aventures, désillusions, découragements, énervements, finalement, ce vendredi mon épouse a obtenu le sésame, le précieux papier plastifié rose et blanc estampillé TITRE DE SEJOUR, marqué d'une validité jusqu'en mars 2019!
Ouf...
Première demande en Janvier 2009, premier rendez-vous en mairie en mars 2009, obtention du permis en Janvier 2010, on déjà perdu 1 an de droit de séjour, mais ouf, enfin!
L'appartement va pouvoir trouver un financement et mon épouse répondre favorablement à son éternelle offre d'emploi frontalière.

La gueule de Frêche!

L'ami Georges Frêche n'en est pas à sa première sortie médiatique fracassante et grossièrement malhabile. Après les Harkis, les blacks en équipe de France, on a droit à la tronche pas catholique de Fabius...
Autant, les deux premiers scandales du président de la région Languedoc Roussillon pouvaient avoir une connotation raciste aux oreilles de la bien-pensante France, autant le coup de la tronche à Fabius me fait bien marrer, surtout depuis que j'en ai entendu l'auteur se défendre d'une quelconque référence religieuse.
La gauche s'empresse de s'indigner, et tente de se débarrasser d'un Frêche encombrant.
Une tronche pas catholique...
Ben je trouve aussi que Fabius a une drôle de gueule, et comme le fait justement remarquer Slate dans son excellent billet, on pourrait dire qu'il a une tronche pas orthodoxe, ou une gueule à coucher dehors...
Le seul hic, c'est qu'apparemment, Frêche fait du bon boulot à Montpellier, et que le peuple (si tant est que le peuple ait encore son mot à dire au PS) est satisfait et le soutient...
Solférino vs la France des régions... La province...
Je ne souhaite pas avoir une bande de couillons uniformément politiquement corrects à la tête du pays, que les leaders des partis s'attachent à juger les résultats au lieu de faire tout un ramdam pour cette ridicule histoire d'expression idiomatique.
En tout cas avec Nicollin et Frêche, Montpellier est bien servi en personnages hauts en couleur et bien aimés et efficaces.

mardi 26 janvier 2010

Lost in démarches administratives...

En fin 2009, une gente dame de la préfecture de Haute Savoie m'assurait qu'un délai d'attente de 10 mois pour un permis résident était trop long, et que nous aurions une réponse début janvier quand au dossier de ma Madame.
Début Janvier, lors d'un autre appel entre 14h30 et 16h00, un homme me paraissant être un supérieure à la gente dame, m'assurait qu'il allait voir pourquoi le délai était si anormalement long et qu'on allait me rappeler (j'ai laissé mon numéro!).
Hier, personne ne répondait, ni à 15h, ni à 15h45...
La situation serait extrêmement drôle si elle ne nous mettait pas dans une situation très inconfortable...
En effet, mon épouse attend une convocation pour renouveler son récipissé qui a expiré, dans le même temps, nous attendons à tout moment une convocation pour le tant espéré permis résident et cerise sur le gâteau, elle a pris rendez-vous à la mairie pour l'obtention d'une carte de séjour de 1 an, dans le cas où le permis résident lui serait refusé.
Ce qui est drôle, c'est que la carte de séjour de 1 an, que mon épouse obtiendrait donc à la mi-février, arriverait à expiration fin mars, car une carte de séjour fonctionne de date fixe à date fixe, et non à partir de la date d'obtention...
Donc, dès l'obtention de cette carte de séjour valable un an ,ais expirant un moins plus tard, il faudra déjà faire la demande pour la prochaine...
Nous avons donc 2 rendez-vous certains + un en suspens, tous inutiles, tout ça parceque la préfecture met 1 an à étudier un dossier. Tout cela ajouté aux 5-6 rendez-vous en mairie et avec les RG...
Vous n'avez rien compris, c'est normal.
J'ai longtemps accusé le gouvernement de vouloir décourager les immigrants et donc compliquer et allonger les démarches, mais là, force est de constater que nul esprit n'est assez brillant pour inventer un stratagème aussi ridiculement absurde...
Il faut donc se rendre à l'évidence, sans qualifier personne de fainéant, on ne peut que remarquer l'extrême manque d'organisation de notre administration.
Cela coûte de l'argent à l'Etat et à nous, cela empêche mon épouse d'accepter l'offre d'emploi qui lui est proposée, cela nous empêche pour le moment d'acheter l'appartement que nous avons les moyens d'acheter, cela me fait payer 70 euros de plus par mois d'assurance frontalier, cela ne réveille pas non plus mon identité nationale.
Ce matin, j'en ris, cet après midi je vais péter les plombs et ce soir, ma femme va pleurer et je vais devoir lui expliquer qu'en fait la France veut bien d'elle, et que s'il m'arrivait quelque chose, elle ne serait pas foutue dehors.
Merci.

lundi 25 janvier 2010

Allez, devant la télé!

Le débat télévisé lundi soir sur TF1 entre Nicolas Sarkozy et des Français répond à un "besoin de pédagogie et d'explications", a affirmé lundi le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre.
"Quand on fait de la politique, il y a l'action et il y a la pédagogie", a déclaré M. Lefebvre...
Je ne pensais vraiment pas faire un billet sur ce sujet, beaucoup s'en occupent déjà et puis, en fait je m'en fous, mais j'ai vraiment aimé ces deux petites phrases du spécialiste en la matière du parti au pouvoir.
Alors les enfants, ce soir 20h30, on a cours de problèmes de gouvernance, on mange vite et on se met religieusement devant l'écran pour comprendre la dure vie d'un président.

dimanche 24 janvier 2010

Cohabiter avec un révolutionnaire du 93 et un arbitre de curling...

Je m'aperçois au fil de certains billets provoquant des prises becs devenues habituelles entre le révolutionnaire du 93 et moi, avec un arbitrage un peu mou, que la vision de la France défendue par mes deux compères n'est pas vraiment la mienne.
Autant, nous partageons les mêmes sentiments de révolte et souvent les mêmes rêves concernant le monde, autant en France, ce n'est pas vraiment le cas.
Nous nous entendons bien sûr pour dénoncer le racisme rampant dans notre pays, mais le mode de réflexion pour en arriver là n'est certainement pas le même.
J'ai du mal à me situer entre mes sentiments bruts vis à vis de l'Islam dans notre société et ma réflexion. Il ne faut pas se laisser déborder par ses sentiments et c'est ce que je fais.
Je n'aime pas voir de voile intégral, je suis écoeuré par la propagation d'un Islam qui ne devrait pas en porter le nom tellement il est loin de ce que cette religion peut avoir de bien.
Je suis las de cette victimisation de la jeunesse issue de l'immigration et du laxisme vis à vis de l'immigration clandestine contribuant à mettre en difficulté toute forme d'immigration "légale".
Mais malgré cela, je ne sombrerai jamais à la facilité qu'est le racisme.
Didier nous qualifie souvent de bisounours (peut-être utilise-t-il un autre terme...) et j'en fais très naturellement parti étant l'un des trois chevaliers blanc Grobill, et pourtant, comme le montrent les commentaires entre gros, je ne suis pas un absolu défenseur de la veuve, de l'orphelin ou du gros.
Quand mes compères me semblent être partisans de l'aide, de la communauté pour la communauté, pour une égalisation totale entre les différentes couches sociales de notre société, je prônerai plutôt pour une responsabilisation individuelle.
Une société redistributrice, oui, d'entre-aide, oui, mais pas au point de dé responsabiliser les gens comme j'ai l'impression que cela se produit actuellement.
Ma boîte délocalise graduellement, et peut-être ferais-je un jour partie du wagon navigant vers l'Inde ou l'Assedic, mais il ne me viendrai pas à l'idée de séquestrer mon boss ou de hurler à l'injustice. J'amasse de l'expérience et je la revendrais à un autre, et sinon je reprendrais le plateau pour nourrir ma famille.
Alors les petits affrontements entre amis risquent de se multiplier dans les semaines à venir, venez au stade!

vendredi 22 janvier 2010

Démocratie directe

Le privilégié relaie une chaine de Lomig à propos de la démocratie directe et de ce qu'on en ferait si les bloggeurs pouvaient proposer un référendum d'origine populaire.

En ces temps d'individualisme forcené conduisant à oublier que "l'autre" c'est aussi "nous" je crois que je m'amuserais à voir jusqu'où on peut pousser l'absurde en posant la question suivante :

"Êtes-vous pour une application radicale et dure de toutes les lois françaises"

Comme tout le monde, c'est connu, est un exemple d'honnêteté (à la différence de son voisin) je suis persuadé que le "Oui" l'emporterait haut la main.

Et tous ceux qui ont des cassettes vidéo enregistrées (ou des cassettes audio) qui traînent dans un vieux carton seraient dans la merde.
Et tous ceux qui conduisent à 51km/h en ville seraient dans la merde.
Et tous ceux qui aiment se balader à poil chez eux seraient dans la merde.
Et tous ceux qui aiment bien se bourrer la gueule en pub ou en boîte seraient dans la merde.
Et tous ceux qui regardent un match de foot et crient au but marqué à la 91e minute (soit vers 22h16) seraient dans la merde.
Et Manuel et moi serions dans la merde vu ce qu'on balance aux gens sur ce blog.

Le problème des "référendums d'origine populaire" c'est que si ce n'est pas un peu bordé ça peut ouvrir sur un grand n'importe quoi. Pourtant c'est une idée séduisante...

mercredi 20 janvier 2010

Air France KLM va faire payer les gros!

Ce matin, la radio m'annonçait que Air France KLM allait faire payer aux personnes obèses nécessitant deux sièges passager, 75% du deuxième siège.
Je vois les associations de défense des gros en tout genre crier leur indignation devant une telle discrimination.
Va-t-on prendre le tour de taille des gros pour savoir s'il doivent payer plus?
Va-t-on créer des catégories selon les types de gros?
Je vais probablement énerver mes 2 compères, mais je ne suis absolument pas choqué par cette décision de la compagnie aérienne.
Je pose les questions suivantes:
Doit-on faire payer quelqu'un à cause d'un handicap pathologique?
Je dirais que non.
L'obésité est-elle un handicap pathologique?
Pas toujours.
Ou alors il y a une épidémie de l'autre côté de l'Atlantique...
Je suis d'avis que les personnes ayant un véritable problème de santé les rendant obèse se voient attribuer une espèce de certificat officiel (tout comme la personne hanidcapée) lui permettant de bénéficier d'aménagements ne lui coûtant rien.
Mais le bouffeur invétéré, qu'il paye.

mardi 19 janvier 2010

Où est l'idéologie sioniste?

A défaut d'être particulièrement actif sur la blogosphère ces derniers temps, je continue tout de même à me documenter sur les sujets me tenant à coeur.
Je suis tombé sur cet article paru dans Haaretz nous expliquant comment le manque d'idéologie affaiblissait le sionisme.
Les anglophones liront peut-être, les autres tant pis.
Le mot idéologie me dérange souvent, il est souvent associé à des mouvements, des périodes noires de l'humanité. Sans remonter trop loin, la première me venant à l'esprit est l'idéologie nazie.
Pourtant l'idéologie à la base de tout projet de société, on commence par une idéologie pour mettre en place une société idéale.
Si l'on met de côté le côté religieux, l'idéologie entourant le sionisme de ses débuts, ayant permis par exemple, la création de Kibbutz, est fondée sur le groupe ; tous les biens sont mis en commun, le travail et l’aide réciproque, les prises de décisions démocratiques, le travail et l’égalité.
C'est beau, on y a crû, on voudrait encore y croire, et pourtant, il n'en reste plus grand chose dans l'Israël d'aujourd'hui.
Les guerres, la peur, ont éliminé le rêve qui accompagnait les premiers arrivants pour laisser place à une réalité qui s'est malheureusement adaptée aux réalités violentes de l'Etat d'Israël. La où règne la violence, il n'y a point de place pour le rêve.
La perte des ambitions nées au tout début de l'histoire du pays est à mon avis la plus grande victoire des ennemis de la Paix, détruire l'espoir, détruire l'ambition d'une société meilleure c'est pourrir les racines du pays.
Les uns remettent en cause la colonisation de leur terre par les juifs en s'appuyant sur la ferveur religieuse, les autres occultent le rêve pour se focaliser sur l'idéologie religieuse devant mener à un grand Israël. Les deux parties mènent des politiques vouées à l'échec. On ne bâtit pas sur du sang et des guerres, on ne fait que pourrir des générations entières.
Au fil de mes rencontres avec israéliens, palestiniens voyageurs, j'ai longtemps entretenu l'espoir qu'une nouvelle génération puisse mettre en péril vers cette inexorable descente vers plus de sang, plus de peur. Je pensais que cette nouvelle génération ayant vécu à l'étranger, aimé l'Inde, le calme, la fête, pourrait redonner un souffle nouveau et remettre en cause cette politique destructrice mise en place par Likoud, Kadima ou les travaillistes depuis la mort de Rabin...
J'ai le sentiment de m'être trompé.
J'espère que non.

mercredi 13 janvier 2010

La réforme des retraites nous promet de belles empoignades.

Même si on commence à peine à percevoir le débat, les prochains mois vont être fortement occupés par la question des retraites. "Encore ???", vas-tu dire, cher lecteur ? Mais oui. Le président a décidé de prendre de l'avance sur le calendrier établi par la loi Fillon, en demandant au COR de rédiger un nouveau rapport sur les moyens de remettre à l'équilibre les comptes de la CNAV, qui sera remis au Parlement à la fin du mois de janvier. Ce débat aura lieu en pleine période d'élection régionale, et sera sans doute marqué par la volonté de Sarkozy d'en finir le plus vite possible, pour préparer les présidentielles de 2012 dans les meilleures conditions possibles pour lui.

Lors d'un récent sondage, les Français semblaient s'exprimer clairement concernant leur volonté sur leur futur retraite, en indiquant à 64% vouloir quitter le travail le plus tôt possible, soit en cotisant davantage, soit en baissant le niveau de pension. Voilà qui devrait convaincre ceux qui s'imaginent que les relations au travail sont merveilleuses en France qu'on en est très loin. Ce phénomène est sans doute accru par le chômage de longue durée, très important chez les plus de 57 ans.

Or, le Figaro a tenté de manipuler ce sondage en affirmant que les Français étaient prêts à un recul de l'âge du départ à la retraite (alors que seuls 34% des sondés s'expriment dans ce sens). Mardi, Xavier Darcos a commencé à dire que le gouvernement s'orientait plutôt vers un recul de l'âge légal de départ à la retraite. En clair, notre gouvernement, comme il le fait régulièrement et dans tous les domaines, se prépare à une réforme qui va remettre en cause des droits sans sauver le système pour autant. La seule annonce positive consisterait à inclure la pénibilité dans le calcul de la durée de cotisation, mais sans élément précis pour l'instant.

Il existe pourtant de nombreuses propositions sur la table concernant nos retraites. On pourrait d'abord se demander pourquoi on ne s'attaque toujours pas à la multiplicité des régimes existants pour les fondre en un seul, rendant à la fois le suivi des dossiers plus simple, rationalisant les coûts et surtout, mettant toutes les professions dans le même système solidaire.

D'autre part, d'autres systèmes sont proposés, comme le système de compte notionnel, avancé régulièrement à droite mais aussi par l'économiste Thomas Piketty à gauche, et appliqué actuellement en Scandinavie.

Enfin, si les Français sont prêts à une hausse de cotisation, pourquoi est-ce inacceptable à envisager ? Comme dans d'autres débats, il est évident que le mépris du citoyen domine encore. Il est dommage, si l'idée n'est pas pertinente, qu'on ne prenne la peine ni de dire pourquoi, ni même de le dire tout court.

Au moins peut-on espérer que les grandes difficultés des fonds privés de retraite dans certains pays occidentaux ne ramèneront pas les systèmes individualistes (et gérés par les assurances) sur la table des négociations...

Divorce, fidélité, mariage et religions

Ce matin, j'ai vaguement pensé au billet que je suis en train d'écrire, mais je ne pensais pas vraiment le publier.
Pourtant, mon ami Fabrice m'a gentiment fait remarquer que l'un de nos derniers ajouts à notre blogroll était un poil trop religieux à son goût. C'est comme cela que j'en suis venu à lire ce billet dénonçant l'abus de divorce de notre société actuelle.
En fait mon propos n'est pas forcément axé sur le divorce, mais je profite du sujet pour me lancer.
Nous vivons dans un monde où nos religions monothéistes nous dictent comment aimer. On doit donc trouver l'âme sœur, se marier et vivre ensemble heureux jusqu'à ce que mort nous sépare.
Il y a bien ceux qui ne se marient pas, mais je suis persuadé qu'ils tendent quand même à partager leur courte vie avec celle qu'ils auront choisie.
Faire survivre un couple au fil des années et se faisant, garder une certaine notion de bonheur dans ce couple, c'est difficile, je dirais même que cela n'est pas naturel.
L'homme se satisfait généralement du statu quo tout en ayant tendance à désirer d'autres femmes tandis que la femme est plutôt dans une recherche d'amélioration du conjoint, du couple (je raccourcis, ne me tombez pas sur le coin de la gueule pour ça).
En gros, si on laisse aller, on se retrouve souvent avec un mari trompeur, ou au moins vivant ouvertement son égoïsme et une femme délaissée.
Je suis marié, et nous n'en sommes pas du tout là, tout comme beaucoup d'entre vous vivent certainement les choses différemment, toutefois je mets au défi quiconque d'affirmer que maintenir la flamme pendant 20-30-40 ans est une chose aisée.
Je pense que le couple éternel est une invention de nos diverses Églises monothéistes, on nous parque à deux, on nous fait faire des gosses et bosser pour les nourrir, mais sans cette force mystique nous poussant à vivre de la sorte, le ferions-nous?
Pourquoi la fidélité est à la base d'un couple aujourd'hui? Pourquoi commençons-nous seulement à mettre en avant le plaisir sexuel après des siècles d'interdictions bibliques?
Je ne suis certainement pas un libre amoureux, mais je me demande si notre monde ne se porterait pas mieux si l'on n'était pas aussi rigide, si nos consciences ne nous interdisaient pas la plupart des choses que l'on souhaite en amour, en sexe.
Nemo nous explique que l'on s'éloigne de l'amour vrai, nous abandonnant à notre égoïsme humain, mais quand allons-nous enfin nous défaire de cette emprise religieuse qui nous dicte tout sans même qu'on en soit vraiment conscient !?

dimanche 10 janvier 2010

Mano Solo est mort.

Parce que je préfère faire des hommages à des personnes que j'aime vraiment, voici une belle chanson de Mano Solo, chanté avec les Frères Misère, en 1996, dans un album qui a un peu vieilli (les chansons sur Chirac et Le Pen, quoique Fabrice ne va sans doute pas être d'accord) mais qui me donne toujours la pêche.

Comment la sagesse populaire, exprimée dans les bistros de la Seine Saint-Denis, permettrait aux journaux de sortir moins de dossiers sans intérêt...

"- Ben, c'est l'hiver, quoi !"

jeudi 7 janvier 2010

Non mais sans rire!

Il existe des patrons qui aiment voir au sein de leur entreprise des gens heureux de venir passer la journée à la faire tourner, des patrons qui bien souvent sont capables de faire confiance, déléguer, et qui sur les résultats.
Il existe énormément de types de patrons, et j'ai envie aujourd'hui, de parler des patrons qui sont allergiques au rire.
Ca fait sourire, et pourtant, j'en ai connu quelques uns pendant ma courte carrière professionnelle, ceux qui interdisent tout bonnement la marrade, et poussent des gueulantes phénoménales quand on se sent trop bien et qu'on le montre, et d'autres que le rire met mal à l'aise.
Le patron dictateur, je le trouve assez simple à vivre, on accepte le fonctionnement ou on se casse, mais au moins, on sait à qui on a affaire, le deuxième larrons, il est plus vicieux, il ne gueule pas, il ne fait pas de remarques sur la bonne humeur allergénique, mais on le sent, il n'aime pas cela.
Il veut probablement voir ses employés concentrés, les yeux rivés sur leur boulot, le sandwich dans une main et l'autre sur la souris pendant la pause de midi...
Et pourtant, jamais n'ai-je aussi bien bossé que lorsque j'était heureux de venir au taf...
De toute façon, je pense que des résultats positifs restent un mystère pour cette typologie de boss. Peut-être lui souffre-t-il pour réussir, peut-être n'est-il pas capable de bosser avec le sourire et il part donc du principe que le boulot ne peut être que bâclé lorsqu'on se marre trop...
Ce qui est sûr, c'est que plus le rire est déconseillé, plus je me marre, c'est mécanique, et tant que les résultats sont là, je me sens bien!

Pauvre de chèvre...


Philippe Seguin est mort, si vous voulez des analyses, des sentiments, vous trouverez beaucoup de blogs pour vous satisfaire, pour ma part, je vais me contenter de m'inquiéter pour sa chèvre, en espérant qu'elle continuera à être nourrie et aimée...

mercredi 6 janvier 2010

Relativisme religieux ? Non, juste objectivité





Y'a pas à dire, les pays où on laisse la religion s'inviter dans le débat politique c'est tout de suite la liberté absolue faite aux femmes, en Islam comme en Chrétienté.

Une question me taraude : l'onanisme étant spécifiquement interdit aux chrétiens, à quand l'interdiction de la pilule et de la capote au nom de la "religion d'amour" ? Ça fait un peu petites bites de s'arrêter en si bon chemin...

mardi 5 janvier 2010

Good bye Lenin!


J'ai eu le bonheur de choisir de regarder le film "Good Bye Lenin!" hier soir. Il faisait partie de ces films qui squattaient depuis des lustres mon disque dur sans que je m'y intéresse réellement et bien m'en a pris de changer mon fusil d'épaule hier soir.
Je ne vais pas me lancer dans une analyse cinématographique du film, même si j'ai adoré la justesse des sentiments, et des acteurs.
Ce film est tout en nuance, il traite d'un sujet ambigü en Allemagne, la réunification, et il parvient à ne pas tomber, ni dans la diabolisation de l'ex RDA, ni dans la béatitude pro-occidentalo-capitaliste, ni dans la nostalgie aveugle de l'époque "socialiste" Allemande, il navigue habilement en nous berçant de ces différents courants tout en mesure.
Il pointe du doigt les erreurs de cette réunification baclée, et même s'il a été fait par un allemand de l'ouest, il me paraît assez juste dans son analyse de cette époque.
J'ai entre autres retenu une chose qui me parait évidente, mais qui ne l'est certainement pas aux yeux de tous:
Une personne ayant vécu une vie heureuse dans un pays communiste n'est pas forcément un atroce collaborateur délateur à la solde de la police secrète. Un personne n'a pas besoin d'être un héros de la résistance pour être quelqu'un de respectable.
On a tendance à considérer que les personnes ayant vécu sous un régime communiste étaient forcément misérables, culturellement ou financièrement, et que ceux qui se satisfaisaient de cette situation ou qui avaient une situation plus confortable étaient suspects.
On oublie vite que l'homme s'habitue à sa vie, et réussit à trouver le bonheur dans beaucoup de circonstances très difficiles.
Et en l'occurrence, les échos que j'ai eu de personnes ayant vécu en RDA ne sont pas si négatifs, en tout cas d'un point de vue d'enfant qu'ils étaient à l'époque.
Il y a presque toujours une pointe de nostalgie dans leurs histoires...

lundi 4 janvier 2010

Paris vs Dakar

Le Paris-Dakar, je m'en fous complètement, je ne vais pas commencer à verser une larme de pitié pour les gamins écrasés, ou pour la pollution générée par cet événement, je laisse les véritables bisounours s'en charger.
En fait, il y a une dizaine d'année, j'ai fait un Paris-Bamako, ça tape moins qu'un Dakar, mais en 504 Break et 404 plateau, c'est un peu plus aventureux.Les gens que j'accompagnais étaient/sont des grands baroudeurs, spécialement de l'Afrique, et lorsque nous quittions le sud du Maroc avec la caravane de traverseurs de désert européens, je me souviens qu'ils se marraient bien de voir les Espagnols (me demandez pas pourquoi Espagnols...) dans leurs 4X4 tout décorés d'autocollants, qui galéraient à traverser les premières dunes avec leur bolides, quand mes deux comparses le faisaient avec des caisses de 30 ans.Et là, la discussion sur le Dakar a commencé. J'avais affaire à 2 amoureux du Dakar de ses débuts, le Dakar de l'aventure, du danger, celui qui n'avait ni GPS, ni Hélicoptères de combat, ni méga organisation, mais celui qui était plus une espèce de voyage aventure encadré et agrémenté d'une course pour les professionnels. Car en fait, la beauté de cette course, ça n'était pas la course en elle-même, mais plutôt les petits, les particuliers qui réalisaient leur rêve en participant à la course mythique. Aujourd'hui, nous assistons à une course super encadrée, médiatisée, mais qui a perdu son charme authentique, un troupeau de bolides qui foncent dans le désert vers la prochaine étape.
Quand nous avions, à l'époque pris la route du désert, nous n'étions pas les seuls dans des vieilles caisses, je découvrais alors une activité professionnelle absolument fantastique consistant à aller revendre les bagnoles trop vieilles pour la belle Europe à des Africains qui leur donneraient une seconde jeunesse. Prime à la casse.
Les mecs finançaient ainsi leur voyage. J'ai l'impression que le monde a de moins en moins de rêves d'aventures accessibles à offrir. Le sac à dos s'est répandu comme une trainée de poudre dans les années 90', et pour éviter les circuits mainstream, il faut vraiment se creuser les méninges.
Soit on opte pour le (pseudo) danger, Iran, Birmanie, Afrique, soit on va faire le guignol en Arctique (bonjour Monsieur le porte-feuille). L'homme civilisé occidental a bientôt pris possession de tous les joyaux accessibles de la Terre pour les pourrir de sa présence. Les choses évoluent et comme le Dakar n'est plus qu'une course médiatique, le voyage devient un billet d'avion + hôtel dans de plus en plus d'endroits du monde.

dimanche 3 janvier 2010

Bilan de l’année 2009.

Après les deux bilans mensuels, voici venu le temps de se poser quelques instants et de regarder derrière soi, pour faire un petit bilan d'une année entière écoulée.

Ce blog commence maintenant à grandir, puisqu'il est âgé d'un an et quatre mois. Il n'est donc pas possible de mener une comparaison avec une année entière, mais simplement de s'appuyer sur les résultats des quelques mois mesurés en 2008. A l'époque, les Gueules avaient reçu 971 visites par mois, en s'appuyant sur quatre mois de mesure.

En 2009, nous avons reçu ici 25 888 visites, soit une moyenne de 2 157 visites par mois, ce qui représente une croissance importante. Du côté des visiteurs uniques absolus, nous nous situons à 16 969, soit environ la population d'une petite ville de Seine Saint-Denis comme le Pré Saint-Gervais. Bon, nous savons pertinemment qu'il faut relativiser ces chiffres, mais nous ne pouvons pas bouder notre plaisir.

Cette année, 331 billets ont été publiés, soit 0,90 par jour. Nous avons beaucoup produit en début d'année, avec un Manuel toujours très prolifique. A partir du mois de juillet, le nombre de billets a commencé à diminuer doucement, pour se stabiliser autour d'une vingtaine par mois. Cette baisse correspond surtout à une diminution de l'énergie de Manuel, Fabrice n'ayant jamais beaucoup publié et moi-même consacrant une grande part de mes forces aux Privilégiés. Le classement des dix billets les plus lus en 2009 est situé dans la colonne de gauche.

Pour terminer avec ce petit résumé, nous allons te fournir, cher lecteur, la liste des blogs et des moteurs de référencement de blog ayant amené ici au moins 120 visites. On retrouve dans cette liste soit des sites ayant une puissance de feu élevée et pouvant nous amener un nombre important de visites en un seul lien, soit des blogs nous ayant liés tout au long de l'année, régulièrement. Voici le résultat :

Les privilégiés parlent aux Français et au Monde : 1 271
Didier Goux prend ses aises : 782
Wikio : 718
Partageons mon avis : 655
La Maison du Faucon : 302
Mtislav : 293
Le Merle moqueur : 247
Rubin Sfadj : 199
Aurélien Véron : 156
L'Hérétique : 139

Tu trouveras dans cette perle les douze bilans mensuels qui te permettront de tracer plus précisément le portrait de notre blog :

2009

Bilan du mois de décembre 2009.

La hausse de la fréquentation des Gueules se poursuit ce mois-ci, marquant une pérennisation de la croissance depuis le mois d'août 2009. Pourtant, le mois de décembre a été assez léger ici, puisque seulement 19 billets ont été publiés. Cependant, nous arrivons au deuxième meilleur mois de ce blog avec 2 742 visites et 2 185 visiteurs uniques absolus, le mois d'avril trônant toujours en tête du classement général. Le nombre d'abonnés a stagné autour de 130 personnes.

On ne peut donc expliquer cette hausse par des billets très nombreux et attractifs. La liste des dix billets les plus lus le mois dernier (dans la colonne) l'illustre bien, puisque quatre billets racoleurs mais déjà anciens font leur retour dans la liste. On y retrouve même le célèbre « billet de merde » de Manuel, écrit en mai. La croissance vient donc d'ailleurs, et ce mois-ci, les Gueules ont bénéficié des pics de visites des Privilégiés, puisqu'on note de sacrées hausses autour du 9 et du 23 décembre. Cette liaison est étonnante car nous avions pu constater que les deux blogs ne suivaient pas les mêmes dynamiques en général.

Concernant la moyenne des visites, en dehors des pics évoqués ci-dessus, on se maintient avec une certaine constance autour d'une soixantaine de visites par jour, ce qui montre une très légère croissance.

Comme sur les Privilégiés, je ne mettrais plus la liste des blogs nous ayant linké ce mois-ci (même si nous les remercions chaleureusement). Voici la liste des blogs et moteurs de référencement de blogs ayant provoqué au moins dix visiteurs :

Wikio : 102
Les privilégiés parlent aux Français et au Monde : 78
Le Coucou de Claviers : 28
Partageons mon avis : 26
Hashtable : 20
Mtislav : 19
La Maison du Faucon : 12
Aurélien Véron : 11
A toi l'honneur ! : 10
Expression libre : 10

Meilleurs vœux de la part des trois Gueules, et en route pour une nouvelle année pleine de rebondissements et de débats bloguesques.