samedi 9 août 2014

Les solutions pour le conflit israélo-palestinien

Gaza est en ruines, le dernier cessez-le-feu s'est achevé par des tirs de roquettes, la situation semble inextricable.
Cela fait 20 ans qu'on tourne autour du pot qu'on regarde ce conflit sans vraiment savoir comment il pourrait se régler.
En fait, toutes les solutions sont déjà connues, et c'est pas si compliqué.

  • Gaza doit être démilitarisé et une force internationale robuste doit y être stationnée.
  • Le blocus doit être levé, la zone de pêche élargie et l'aide internationale doit être surveillée pour ne pas être détournée.
  • Tsahal doit quitter la Cisjordanie. 
  • La colonisation doit stopper immédiatement.
  • Israël doit négocier avec l'Autorité Palestinienne pour un échange de territoire équitable permettant à Israël d'englober les colonies les plus importantes tandis que les autres seront démantelées.
  • Jérusalem sera la capitale des 2 pays, sous protection internationale.
  • Le mur de séparation sera déplacé le long de la frontière établie aux négociation avec l'espoir qu'il sera démantelé quand la paix sera effective.
J'ai peut-être oublié certains points, mais le gros y est, la majorité des Israéliens signeraient des 2 mains pour une solution pareille, je ne doute pas que c'est pareil côté palestinien.
Cela demande des efforts de part et d'autre mais rien d'insurmontable.
Il faut une volonté politique réelle et forte et une mise à l'écart des extrémistes.

Je rajoute un dernier point qui pose problème, le retour des réfugiés palestiniens en Israël.
Il est impossible de l'envisager, cela équivaudrait à la fin de l'Etat d'Israël dans sa forme actuelle et je ne vois pas les Israéliens accepter de se suicider pour la paix.



vendredi 18 juillet 2014

Antisionisme?

Depuis plusieurs années, on a droit d'être antisioniste en attendant bientôt de pouvoir re-goûter au bon vieil anti-sémitisme de nos ancêtres.
Dans la bouche de beaucoup, d'ailleurs, le mot sionisme est quasiment une insulte, on est sioniste comme on est islamiste, djihadiste, ou encore communiste aux USA des années 50.
Mais il y a une chose que je ne comprends pas.
L'antisioniste, il veut quoi au juste?
Car si je le prends au mot, il veut expatrier les juifs de Palestine.
Alors je suis peut-être pointilleux, et peut-être que je comprends mal le terme, mais virer les juifs de Palestine, c'est créer 6.5 millions de réfugiés, qui s'ils restent dans la région, seront exterminés.
Alors même si l'antisioniste estime avoir le droit de l'être, je ne le considère pas différemment de l'antisémite sauf s'il est trop con pour comprendre les termes qu'il utilise.


Une incursion éclair?

Depuis hier, Tsahal a lancé une opération terrestre à Gaza.
Quand j'ai lu les titres, j'ai repensé aux dernières guerres de Gaza et à leurs échecs respectifs.
Les chars dans la ville, ça ne marche pas.
Contrairement à ce qu'on l'on pourrait penser de ce côté de la méditerranée, l'opinion publique israélienne n'est pas tellement en faveur d'une opération militaire terrestre dans l'enclave palestinienne, elle demande simplement la fin des tirs de roquettes sur son territoire.
A priori, on se dirigerait plutôt, et je l'espère vers une guerre éclair visant a détruire les bases de lancement de roquettes du Hamas difficilement atteignables à distance car systématiquement dissimulées dans des zones d'habitations civiles.
Inévitablement, cette incursion fera des victimes, et des deux côtés cette fois. Mais cela permettra peut-être d'éviter des victimes collatérales innocentes si nombreuses lors des bombardements.
D'ailleurs, la presse israélienne relate ce matin une incursion d'une quinzaine de combattants palestiniens vers un Kibbutz en territoire par un tunnel. Elle fut interceptée par Tsahal, mais on peut facilement imaginer le massacre si l'attaque avait réussi.
Lien vers Courrier International
Lien anglais vers Haaretz


This land is mine

J'avais déjà vu cette vidéo sur Facebook, et je la partage ici aussi.
C'est un peu de géopolitique pour les nuls et je crois que ça peut être utile à beaucoup d'entre nous.
Pour les anglophones, un petit lexique des belligérants.

This Land Is Mine from Nina Paley on Vimeo.

jeudi 17 juillet 2014

Le sensationnalisme idiot et inculte sur Israël et Gaza

Aujourd'hui je suis tombe sur une nouvelle variante de l'explication du conflit à Gaza pour les nuls.
Israël voudrait ré-occuper Gaza pour pouvoir bénéficier du gisement de gaz découvert en 2000 au large de Gaza.
Je ne vais pas recopier ici mon court argument laissé en commentaire sur le blog en lien ci-dessus, mais j'aimerais comprendre pourquoi l'on cherche absolument a simplifier ce conflit et à le faire paraître terriblement manichéen.
Les vilains de Tsahal tuent des enfants pour venir voler les gaz des palestiniens...
Les gens un temps soit peu éduqué croient-ils ce genre de conneries?
J'ai peur que oui, mais je n'ose pas y croire.
Le journaliste ou blogueur, qui prend le temps d'écrire sur le sujet pourrait-il faire un article de fond?
Pourrait-il essayer de comprendre d'ou vient cette violence qui dure depuis des années?
Je l'ai déjà écrit par le passé mais je vais me répéter, du côté israélien, le carburant de la guerre, c'est la peur.
Les israéliens ont une réelle et viscérale peur de se faire détruire. Alors on peut discuter du bien fondé de leurs actes en conséquence de cette peur, mais celui qui ne la prend pas en considération ne comprend rien.
Quand des missiles volent dans le ciel israélien, même s'ils n'arrivent pas a tuer, les israéliens ont peur.
Quand les arabes israéliens jettent des pierres sur les voitures qui passent dans leurs villages pendant la guerre à Gaza alors que tout le monde vit ensemble le reste de l'année, les israéliens comprennent que ceux-ci les haïssent.
Comment faire la Paix avec quelqu'un qui te hait?
Quand la Syrie est à moitié contrôlée par l'EIL qui massacre ceux qu'Assad n'aura pas pu massacrer lui-même, Israël remercie Ehud Barak d'avoir refusé de céder le Golan durant les discussions pour la Paix en 2001.
Alors énormément de points sont discutables et à discuter, en ce moment on est dans une spirale guerrière destructive qui ne laisse que peu d'espoir pour autre chose, mais pour arriver à autre chose, il est clair qu'Israël devra prendre des risques et donner.
Mais quel soulagement je ressentirai lorsque les gens qui écrivent ou parlent en public sur le sujet prendront en compte ce dont je parle dans ce billet et arrêteront de nous faire du George Bush avec les bons et les méchants. Ce qui attise la haine et contribue encore plus à conforter Israël dans sa posture guerrière.

Liens en anglais sur le gaz

mardi 15 juillet 2014

Cessez-le-feu? Ben non...

Le Hamas rejette le cessez-le-feu proposé par le Hamas.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, exige notamment :
  • l'arrêt des bombardements israéliens,
  • la fin du blocus de Gaza en place depuis 2006,
  • l'ouverture du poste frontalier de Rafah avec l'Egypte,
  • la libération des prisonniers arrêtés de nouveau après avoir été relâchés après l'accord d'échange du soldat israélien Gilad Shalit, en 2011.
Point par point.
  • Les bombardements israéliens font suite a 3 semaines de lancements de missile sur Israël par le Hamas. Faudrait pas inverser les choses.
  • La fin du blocus du Gaza? Pour permettre a l'Iran d'acheminer ses missiles en grandes pompes? Vraiment?
  • Le poste frontalier de Rafah est avec l'Egypte, le Hamas balance-t-il des missiles sur l'Egypte?Non,il en balance sur Tel Aviv pour une exigence envers l'Egypte.
  • La libération? Les 3 jeunes qui ont été tués avant le début du conflit ont probablement été tué par un libéré du deal Gilad Shalit. Je ne connais aucun pays qui libère des terroristes. On libérerai Mehdi Nemmouche en France dans des circonstance similaires?

vendredi 11 juillet 2014

Et ça repart comme en 2008 et 2012...

C'est reparti.
Tous les deux, trois ans, Gaza et Israël se foutent sur la gueule. La dernière fois, c’était en 2012, la fois précédente en 2008, on est en 2014, il était temps de recommencer.
Et bien entendu, avec l'affrontement physique, vient la propagande internet.
J'ai hésité à employer le mot médiatique, mais je reste avec internet.
Même en regardant des vidéos drôles sur internet, je tombe sur des messages antisémites bien gras ou au mieux des messages et liens anti-sionistes.
Mon côté cynique se demande à partir de combien de missiles on peut commencer a se défendre.
Mais je ne vais pas faire mon cynique.
100 morts palestiniens, c'est trop, et il y en aura malheureusement probablement beaucoup plus.
Est-ce que les Israéliens devraient désactiver le dôme de fer, les alertes et fermer les abris pour que les missiles du Hamas tuent aussi quelques juifs ?
Ça permettrait d’équilibrer la guerre de propagande.
On pourrait faire monter les civils sur les toits, ça marche bien aussi.
Aie, mon cynisme revient...
Pour ceux qui l'ignorent, depuis quasiment un mois, une pluie de missiles s'abat sur le Sud d’Israël depuis la Bande de Gaza.
Et depuis un mois les factions extrémistes du gouvernement israélien exercent une énorme pression sur Netanyahou pour une offensive contre le Hamas.
Peut-être l'ignore-t-on de ce côté de la Méditerranée, mais une offensive militaire a Gaza n'est pas du tout un bon point politique pour le premier ministre israélien, il a tout à y perdre et il le sait.
Mais quel pays accepterait de recevoir des dizaines de missiles par jour sans rien faire ?
Attaquer Gaza ? Détruire le Hamas ? Pour quelle alternative ? L’Autorité Palestinienne ? Sûrement pas, on peut plutôt redouter pire que le Hamas, et tout le monde le sait.
Le statu-quo est la marotte de Netanyahou, mais certainement pas une guerre qu'il ne peut gagner et qui lui attirera les foudres de la communauté internationale.
Alors, il frappe fort, histoire de dissuader le Hamas de continuer ses attaques, le Hamas qui ne s'attendait peut-être pas à une telle réaction.
Tsahal essaie même de réduire les morts civils le plus possible.
Les habitants des immeubles visés par les drones sont prévenus par téléphone, un mini missile est envoyé juste avant le gros pour faire comprendre que l'attaque est imminente. Je ne sais pas si ça s'est déjà vu ailleurs...
Mais malheureusement, plus les civils gazaouis meurent, plus le Hamas se renforce et ces derniers ne laissent pas toujours fuir les civils, au mieux les encouragent fortement a rester et même à monter sur les toits.
Israël pourrait aussi couper l'électricité, l'eau et le pétrole...
L'Egypte pourrait ouvrir ses frontières.(oh, ça y est, ils ouvrent les frontières vers le Sinaï, un peu, pas trop...)

Je n'ai pas parlé des 3 jeunes israéliens, ni du jeune palestinien, tués et brûlés.
Mais je note que les assassins du jeune palestiniens sont derrière les barreaux et vont prendre perpet' tandis que les membres du Hamas qui ont tué les 3 jeunes sont dans la nature.
Mais ça n'a pas grand chose à voir avec le conflit.

Ce conflit m'attriste, chaque mort de civil m'attriste, mais il n'y aura pas de paix, toute la région s'embrase, à commencer par la Syrie et l'Irak.
Et la priorité des Israéliens n'est plus la paix, mais la sécurité.
Imaginez qu'Ehud Barak ait accepté en 2001 de rendre le Golan à la Syrie, l'EIIL serait aujourd'hui à la porte du pays, et eux n'envoient pas de messages pour prévenir la population qu'un missile va frapper.

mercredi 27 février 2013

De la viande à tous les repas?


Le cheval dans les lasagnes a ouvert une brèche, les médias s'intéressent enfin à l'industrie agro-alimentaire et donc à la malbouffe. On en parle partout, on s'offusque des dérives mais jamais je n'entends une remise en cause des habitudes alimentaires des français.
On veut manger plus de viande qu'on en produit, et en plus on ne veut pas manger tout un boeuf ou tout un porc mais juste certaines parties de la bête qu'on aime le plus.
Et biensûr, on veut tout ça à bas prix.
Les gens se plaignent de bouffer de la merde quand ils achetent un plat tout prêts a base viande.
Et si on arrêtait de manger de la viande à tous les repas?
Je suis un gros amateur de viande, mais je vais continuer à éliminer de mon alimentation toutes les viandes inutiles, les steaks hachés qui squattent mon congélo pour les jours de fainéantise, les raviolis dégueulasses, les currys ou plats en sauce ou se promènent quelques morceaux de poulet.
Un viande qui vaut le coup d'être mangée, une viande dont je ne veux absolument pas me passer, c'est la bonne bavette ou le merveilleux onglet de chez mon boucher, c'est le poulet au four, c'est mon gigot d'agneau ou mon boeuf bourguignon.
Et franchement, j'en mange pas tous les jours, je m'en fais de temps en temps, c'est alors un plaisir culinaire que j'apprécie.
Alors je préfère manger des quiches et autres plats en sauce sans viande hasardeuse et garder mon budget pour mon vrai plat viande hebdomadaire qui ravira réellement mes papilles.
Ceux qui veulent être carnivores tous les jours sans y mettre les prix ne peuvent pas se plaindre qu'on leur mette du cheval roumain malade ou je ne sais quoi d'autre dans l'assiette.
La viande a toujours été un produit de luxe, on a tendance à l'oublier.

jeudi 29 novembre 2012

Rien n'est simple à Gaza


Je fais un petit tour de la presse écrite et je tombe sur un article de Serge Halimi. Le Monde Diplo n'est pas franchement ma tasse de thé quand il s'agit du conflit israélo-palestinien, mais je prends 5mn pour le lire.
J'ai franchement eu l'impression d'entendre parler mon voisin de bureau, le mec qui regarde les 10 premières du JT de TF1 pour s'instruire et qui a tout compris sans jamais s'être posé de questions.
J'y retrouve pêle-mêle, des expressions significatives d'une ignorance volontaire crasse ( j'imagine qu'un journaliste est un minimum cultivé, il fait donc exprès d'être con dans ce cas là).
Agression israélienne, négation du terme "terrorisme" pour le Hamas, machiavélique machination électoraliste de Netanyahou pour expliquer la mini-guerre et c...
Un ramassis de raccourcis dangereux et biaisés qui ne font qu'attiser la haine de part et d'autre.
Je ne comprends vraiment pas pourquoi un journaliste a besoin d'écrire sa vision partisane et incomplète sur un sujet ou l'information neutre est déjà triste et dévastatrice.
L'intelligence journalistique, c'est à mes yeux d'essayer de comprendre une situation et de l'exposer le plus clairement possible pour que l'on comprenne le noeud du problème et non définir ses méchants et ses gentils dans un papier, qui ne vaut même pas une banquette de métro.
Sinon y'a aussi Courrier International.