mercredi 2 mars 2011

Un exemple qui prouve que la France va mal ?

Nos concitoyens, au lieu de se réjouir de tous ces évènements dans le monde arabe, ont peur de voir des hordes d'immigrés débarquer et prendre notre pain, violer nos femmes et profiter de notre sécurité sociale.

Y a pas de quoi être fier...

31 commentaires:

  1. Ils me donnent envie de vomir ces "concitoyens"...Ce qui me fait le plus peur, c'est qu'ils ont le droit de vote.

    RépondreSupprimer
  2. C'est clair, le monde bouge et nous on a peur de pas avoir notre verre de pinard à midi.

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait comme un étrange effet de balancier, alors qu'ils se libèrent, c'est comme si on voulait s'enfermer.

    RépondreSupprimer
  4. D'abord, en quoi serait-il impossible de se réjouir d'un événement ET de s'alarmer d'un autre, même si cet autre est la conséquence attendue du premier ? D'autre part, il y a peut-être une explication toute simple à cela, et je vais l'énoncer cyniquement : dans leur grande majorité, je pense que les Français n'en ont pas grand-chose à faire de la manière dont les peuples arabes se débrouillent avec leurs divers gouvernements. en revanche, ils voient très bien (pour les avoir déjà sous les yeux) quels types de désagréments vont leur apporter À EUX ces déferlantes de nouveaux migrants. Et ils sont assez intelligents, les Français, pour savoir que ce qu'on essaie de leur vendre comme des réfugiés TEMPORAIRES seront bel et bien naturalisés en masse dès qu'ils auront le dos tourné.

    Et, pour finir, je ne vois pas en quoi nous devrions avoir honte de nous poser ce genre de question, ni de de ne pas vouloir considérer notre pays comme une vulgaire passoire. Mais bon : si ça vous fait jouir d'avoir honte (et c'est vraiment l'impression que ça donne), allez-y.

    RépondreSupprimer
  5. Juste une question Didier : quel élément indiscutable vous permet de parler au nom de la "grande majorité des français" ?

    Vous qui conchiez leurs goûts musicaux et moquez leur inculture crasse à longueur de billets, avez vous la prétention de représenter cette majorité par vos opinions ?

    Je n'ose y croire...

    RépondreSupprimer
  6. Je chantonnais un refrain de foot...
    Mais il est où? Mais il est où? Mais il est où le Didier Goux...
    Quand j'ai vu que vous étiez là!
    Le français con ne voit pas plus loin que le bout de son pif rouge, au lieu de penser moyen terme et se dire qu'une possible démocratisation du Maghreb irait de pair avec une meilleure redistribution des richesses et donc un meilleur niveau de vie et donc moins de velléités de départ, le français con se dit que comme la région risque d'être instable pendant quelques temps, les vilains arabes vont venir lui piquer son pain.
    Bravo, preuve d'une vision impressionnante.

    RépondreSupprimer
  7. Fabrice : voir ce sondage du Parisien : http://data.imagup.com/5/1113768150.png

    Manuel : vous dites exactement la même chose que moi ! On peut parfaitement se réjouir d'une démocratisation du Maghreb, ce qui est mon cas. On peut aussi se réjouir des conséquences que vous décrivez, même si elles semblent déjà beaucoup plus hasardeuses. Et, en même temps, là, tout de suite, maintenant, on peut refuser de voir venir s'échouer sur nos côtes des dizaines de milliers de réfugiés. Lesquels (a-t-on le mauvais esprit de penser) pourraient bien rester dans leur pays en voie de libération afin d'œuvrer à cette démocratisation que vous semblez tenir pour certaine.

    RépondreSupprimer
  8. @ Didier

    Moi qui croyais, à lire le blog de Lomig, que vous étiez critique face à la cuisine interne (certains diraient les manipulations grossières) des instituts de sondage...

    RépondreSupprimer
  9. Ah oui, évidemment : comme celui-là ne vous arrange pas, il est tout pourri. Mais celui de demain matin qui donnera deux points de moins à Nicolas Sarkozy, miam !

    Je n'ai d'ailleurs pas dit que ce sondage était parole d'évangile. Mais vous me demandiez comment je faisais pour connaître l'opinion de la majorité : c'était un élément de réponse.

    Et uhn élément seulement. Car contrairement à ce que vous semblez croire, je suis bien moins élitiste que vous et, partant, bien mieux apte à sentir ce que pensent les gens. Ces gens dont, justement parce que je ne les méprise pas, je puis me foutre de leurs goûts de chiotte en matière de "musique" ou d'autre chose.

    RépondreSupprimer
  10. Didier...

    En préambule vous devriez vous souvenir de ce que j'ai écrit sur la folie des sondages "présidentielle 2012" en septembre dernier. Les sondages c'est l'arnaque du siècle. Dans un sens comme dans l'autre, ils n'ont pour seul objectif que de convaincre le peuple de faire comme on lui dit par réflexe panurgien.

    Quand à votre non élitisme j'aimerais vous croire sur parole mais mais mais... notre courte rencontre, mes lectures sur votre blog, celle des commentaires que vous laissez parfois... soit vous jouez un rôle et le faites bien, soit vous vous trompez peut être un peu sur vous même.

    RépondreSupprimer
  11. Alors, si vous préférez, disons que je ne suis pas élitiste au sens un peu caricatural et forcément néqatif que vous donnez à ce mot. Par exemple, je n'ai aucun mépris pour les "franchouillards" (je n'emploie jamais ce mot) qui croient que le Front national va régler leurs problèmes, et qui pensaient, avant, que le PCF allait faire la même chose.

    RépondreSupprimer
  12. Sinon, oui, bien entendu que je suis élitiste. Je pratique une sorte d'élitisme culturel (pour le dire très vite) qui consiste à ne pas appeler "musique" de la variété anglo-saxonne (dite aussi "rock"), ni littérature des romans policiers, ni peinture une bande dessinée, etc.

    Cet élitisme me conduit à constater que je suis amené à croiser des gens nettement moins cultivés que moi, et d'autre qui le sont nettement plus. Croyez-le ou non mais les premiers ne me procurent aucun sentiment d'orgueil ou de vanité, alors que les seconds entretiennent mon humilité naturelle.

    RépondreSupprimer
  13. Eh bien vous devriez être moins humble naturellement (se voir trop petit ne sert à rien si cela n'incite pas à aspirer à devenir plus grand) et un peu plus tolérant (cherchez un peu et vous verrez qu'il est des formats dans beaucoup de styles artistiques qui ont de la valeur, pour peu qu'on ne se limite pas au mainstream) alors...

    Avec un tout petit peu d'efforts vous m'en deviendriez sympathique, c'est dire ;)

    RépondreSupprimer
  14. Vous voulez que je vous amène un verre de rouge et un joint les gars?

    RépondreSupprimer
  15. t'inquiète pas mec, je ne serai jamais capable de te piquer ton Didier... ;)

    RépondreSupprimer
  16. T'es marrant, mais tu le connais et moi non, je ne vois pas ce que tu veux me piquer...

    RépondreSupprimer
  17. mwarf !

    C'est pas moi qui ai eu un été épistolaire l'ami...

    RépondreSupprimer
  18. moi y'en a pas avoir eu échange mails avec Didier cet été, toi y'en a avoir eu échanges, donc toi y'en a amoureux de Didier (moi y'en a exprimer le sous entendu pour toi y'en a bien comprendre)...

    Y'a un truc peu utilisé mais très utile qu'on nomme dictionnaire, au lieu de relire ton playboy mars 84 encore et encore tu devrais essayer...

    RépondreSupprimer
  19. J'ai compris ta phrase mais pas ce à quoi elle faisait allusion...
    Vous parliez d'humilité tous les deux c'est bien ça?...

    RépondreSupprimer
  20. Ah non zut c'est vrai : tu ne pouvais pas comprendre l'allusion vu que tu ne savais pas que j'étais au courant vu que tu avais oublié de me parler de ton idylle secrète cet été (mais le grec est bavard, tu devrais pourtant le savoir).

    C'est beau les amours secrètes quand le plus jeune vient prendre la défense de son pygmalion

    re-mwarf

    RépondreSupprimer
  21. Si tu savais le nombre de personnes avec qui j'entretiens des relations écrites sur le net au boulot...
    Je suis venu prendre la défense de Didier? En vous proposant du pinard et un joint?
    Ça va pas bien fort toi, on dirait...

    RépondreSupprimer
  22. Tu ne devrais pas te vanter d'être une marie-couche-toi-là de l'ère virtuelle mec, on ne sait pas qui lit le blog... ;)

    Bon allez j'ai du taff moi, pas le temps de forcer ton coming-out cette semaine.

    RépondreSupprimer
  23. @ entravonslesneons : vomir, n'abusons quand même pas...

    @ Vlad : ah non, on ne critique pas le verre de pinard du midi, bordel !

    @ Mike Hammer : cette volonté d'enfermement est assez symptomatique je trouve...

    @ Didier : je comprends totalement que l'on prenne en compte les bouleversements que vont apporter ces changements de régime. Cependant, et quel que soit l'avenir, j'estime que la satisfaction ressentie devant ces révoltes est infiniment plus élevée que les inquiétudes éventuelles.

    @ Fabrice et Manuel : merci d'avoir relevé le niveau.

    Je signale cependant que j'ai réellement découvert les échanges entre Manuel et Didier par Didier qui en a fait état dans son journal de blog. Cela ne m'a pas empêché d'en faire part après à Fabrice, et de souligner la dérive "réaction et croûtons" de notre camarade de blogage à l'époque.

    RépondreSupprimer
  24. Fabrice : mais je le sais bien, bon sang, qu'il existe des chansons qui sont de vrais petits miracles ! Ou qu'il existe un Hergé en BD et un Hammett pour le polar. Mais ce n'est nullement une raison suffisante pour appeler cela de la musique, de la littérature ou que sais-je encore. De même qu'on peut prendre un pied gigantesque avec un sandwich voire un hamburger, mais sans que notre plaisir ne transforme le sandwich ou le hamburger en fleurons de la gastronomie. Enfin, bref, de toute façon on s'en fout.

    RépondreSupprimer
  25. Matthieu : vous écrivez : « j'estime que la satisfaction ressentie devant ces révoltes est infiniment plus élevée que les inquiétudes éventuelles. »

    Et c'est par là que vous êtes de gauche, pour ne pas dire caricaturalement de gauche : qu'importe la réalité et le prix à payer, du moment que j'ai pu croire, durant quelques instants, que le monde réel se pliait à mes fantasmagories.

    C'est le "syndrome Téléphone" : Je rêvai-ai-ais d'un autre monde ! (chanté d'une voix niaise si possible). Et le rêveur béat est bien évidemment supérieur aux Cassandre, dans l'imaginaire de gauche.

    RépondreSupprimer
  26. @ Didier

    Ben non justement on ne s'en fout pas. Parcequ'on touche à ce qui peut différencier une critique intelligente d'un préjugé débile.

    Une oeuvre qui touche au miracle n'est pas le fruit de 5 minutes de boulot d'un génie, c'est le fruit d'heures de travail, de retouches innombrables. Cracher sur un genre en lui niant l'appartenance aux "arts majeurs" c'est faire insulte à tout ce travail. Peut être vous ai-je mal compris, voyant en vous un exemple ce cet élitisme abruti qu'on trouve souvent dans les écoles classiques et les "lieux d'art" parisiens...

    Concernant les rêveurs et les Cassandre convenez, pour changer de sujet, qu'il est plus risqué (pour ne pas dire plus facile) d'oser espérer le meilleur, quitte à devoir déchanter, que de se contenter d'envisager le pire sans rien faire de concret pour y palier.

    Combien de bloggeurs "défenseurs de la vraie france" ont signé l'appel aux apéros pinard et sont courageusement restés chez eux le jour J ?

    Réacs couilles molles contre révolutionnaires de confort je trouve la blogosphère décidément décevante.

    @ Manuel

    J'y pense : Didier a arrêté la picole et la fumette, ce n'est pas gentil de l'inciter à replonger.

    @ Mahtieu

    Nous attendions ta céleste venue pour nous inciter à atteindre les cîmes de l'intellect, mais elle arrive tard...si tard...

    RépondreSupprimer
  27. Si tu as autant peur et honte pour les Français, sincèrement, ne te gène aucunement, prend les chez toi. On verra bien si tu tiendras le coup ne serait ce qu'une semaine !

    RépondreSupprimer
  28. @ Didier : c'est tout ? Je suis déçu. Je suis en tout cas heureux que vous découvriez, après trois ans de blogage, que je suis de gauche.

    @ Fabrice : j'ai mis du temps à répondre. J'avais des difficultés à me résigner à descendre de l'Olympe pour me mettre au niveau de vos commentaires...

    @ Anonyme : je n'ai pas compris.

    RépondreSupprimer