lundi 30 novembre 2009

Les blogueurs libéraux, ayatollahs du climat.

Depuis environ deux semaines, la blogosphère libérale est totalement réchauffée, qu'elle soit française ou étrangère. Est-ce à cause de l'interventionnisme massif de l'Etat dans l'économie ? Non pas…

Leur problème est le Climategate. De quoi s'agit-il ? A partir de données piratées auprès du GIEC, certains libéraux considèrent que le réchauffement climatique n'est pas causé par l'homme, et le disent avec force. Pour le moment, cette information n'est pas du tout reprise par les médias, et les opérations de Copenhague se poursuivent.

Je vais peut-être te surprendre, cher lecteur, mais j'admets partager certaines préoccupations des libéraux sur cette question. Non pas sur la réalité du réchauffement, mais plutôt sur les conséquences que cette situation de crise va avoir sur nos démocraties. Il va falloir très fortement surveiller l'Etat et ses actions, mais aussi les décisions internationales. Je suis d'ailleurs persuadé qu'il est possible de construire des solutions démocratiques à la crise climatique, sans entraîner une restriction de nos droits. De plus, il faudra aussi veiller que les pauvres et les classes moyennes ne soient pas les seuls groupes sociaux à faire tous les efforts, les solutions actuelles étant plutôt favorables aux milieux les plus aisés, comme la taxe carbone ou les incitations fiscales.

Dans ce cadre, je comprendrais que les libéraux, toujours inquiets de l'intervention de l'Etat, s'inquiètent et se manifestent. Je m'attendais à les entendre nous dire que le marché, dans sa grande sagesse, réagirait automatiquement en cas d'une telle crise climatique et amènerait les bonnes solutions, avec en plus de juteux profits pour les entrepreneurs innovants.

Or, leur stratégie est totalement différente. Ils essaient de nous dire que le réchauffement est une construction d'un groupe appelé les « réchauffistes » et espèrent nous convaincre de renoncer ainsi à toute mesure pour réduire nos taux de pollution. En clair, ils se masquent et se lancent dans une théorie complotiste qu'ils peinent réellement à appuyer, vu le faible nombre de scientifiques allant dans leur sens.

En clair, des politiciens font de la science. Je trouve cette stratégie inefficace et dangereuse car tentant de réduire un risque qui pourrait bien être vrai : l'homme aurait un impact sur le climat. Finalement, ils se montrent aussi sectaires que les nombreux ayatollahs qu'ils dénoncent eux-mêmes. Et si nous laissions les vrais spécialistes s'exprimer ?

Je ne vois toujours pas quel serait l'intérêt du GIEC, et les objectifs des Etats, à promouvoir une fausse version de l'histoire. En effet, développer une politique de lutte contre cette crise va coûter très cher ! Les gouvernements, et en particulier les pays pauvres, s'en passeraient bien…

22 commentaires:

  1. Un coup de pelle mérité !

    ces libéraux libertariens sont hystériques. On en lit qui nous disent que 0,1°C de moins sur un an c'est un signe de non réchauffement !

    Ces zozos là ont du oublié tout ce qu'ils ont étudié, ou alors zappé complètement les études scientifiques.
    C'est vrai que ça ne sert à rien dans les écoles de commmerce.

    RépondreSupprimer
  2. Si, il y a un intérêt pour le GIEC : depuis vingt ans que le GIEC existe, ses conclusions ont servi à brider la croissance des pays autres que les États-Unis.

    Voici d'ailleurs un autre œil sur le climategate :

    http://www.alterinfo.net/Au-GIEC,-il-y-en-a-qui-trouvent-que-la-prophetie-en-climatologie-sent-le-rat_a36357.html

    RépondreSupprimer
  3. Hep ! Pas de conclusions hâtives ! Il y a des libéraux qui ne nient pas le réchauffement climatique, et qui ne nient pas non plus la cause humaine de celui-ci. Moi par exemple... :-)

    RépondreSupprimer
  4. Et moi en temps qu'asthmatique, je suis content: la lutte contre les moteurs polluants, les primes, les filtres et autres trucs catalysants font qu'en 10 ans, il semble vraiement que la polution de l'air ( micro particules etc..) ne soit pas toujours aussi pénible.

    RépondreSupprimer
  5. "Des solutions démocratiques au problème climatique" : ça, Mathieu, c'est vraiment sublime !

    Quant au réchauffement par lui-même, c'est un simple résidus laïques des peurs religieuses médiévales. À mon avis, il va faire autant de dégâts que le bug informatique de l'an 2000, vous vous souvenez ?

    RépondreSupprimer
  6. On peut simlement s'inquiéter non pas que les politiques fassent de la science, mais des usages politiques d'une science dont les conditions d'élaboration ne semblent pas correspondre aux protocoles habituels de vérification, c'est le moins que l'on puisse dire...

    Le Giec comme toute institution justifie son existence.
    Les États ont besoin de faire rentrer l'impôt, certains plus que d'autres.
    Les Strong et les Gore sont prêts pour le marché des droits carbone (prochaine bulle ? ).
    Chaque État y voit le moyen de limiter le développement des ses concurrents, ou d'obtenir des crédits.
    Sans compter les médias, les messiannismes apocalyptiques divers...

    C'est le complot invisible... Une organisation spontanée.

    RépondreSupprimer
  7. C'est drôle, mais je pensais que tenter de réduire notre dépendance aux énergies fossiles, réduire la pollution était raisonnable, mais apparemment vous vous battez pour continuer comme ça.

    RépondreSupprimer
  8. @ Dagrouik : merci pour le coup de pelle. Et tu as raison, la lutte contre la pollution devrait être une priorité.

    @ Hervé : le GIEC serait donc responsable de la croissance molle de l'Europe, et des 10% de croissance de la Chine ? C'est un peu poussé...

    @ Aymeric : damned, un libéral réchauffiste !

    @ Didier : je ne suis pas d'accord avec vous. La calotte glaciaire fond, ce que le bug de l'an 2000 n'a pas causé.

    @ Anonyme : il ne manque que les islamistes et les extra-terrestres, dans votre liste de comploteurs.

    @ Manuel : mais non, Manuel, les hydrocarbures ne manqueront jamais. Ce sont les écolo-communistes qui disent cela !

    RépondreSupprimer
  9. On peut être libéral sans être con, mais on a du mal à être anonyme sans être con...

    RépondreSupprimer
  10. @ Manuel : arrête d'insulter nos lecteurs, bordel !

    RépondreSupprimer
  11. @Mathieu

    Il insulte les anonymes, pas les libéraux.

    RépondreSupprimer
  12. Si tu écris ce genre de conneries, c'est toi que je vais insulter.

    RépondreSupprimer
  13. @ Fabrice : en ce moment, il a l'insulte facile.

    @ Manuel : mais vas-y, mon petit gars, je t'attends.

    RépondreSupprimer
  14. Il en faut bien un pour compenser ton agaçante habitude de refuser en permanence toute forme de conflit...

    RépondreSupprimer
  15. @ Mathieu L

    Il y a des effets indirects : en ralentissant la croissance de certains pays, on ouvre forcément des possibilités à d'autres.

    Perso, je suis prudent sur le réchauffement, parce que le scénario qu'on nous livre maintenant est le suivant : "on va avoir un refroidissement de la planète, il faut à tout prix des décisions politiques qui puissent paraître justifier ce refroidissement, comme une victoire politique contre le réchauffement, qui prouvera rétrospectivement qu'on avait raison". Sans être complotiste, je trouve que les événements actuels ressemblent à ça et c'est agaçant.

    Le GIEC est-il plus politique que scientifique ? Ca ne doit pas être une question taboue.

    Et même si l'on découvre un mensonge, il faudra bien continuer à réduire la pollution.

    RépondreSupprimer
  16. @ Fabrice : lorsque tu sors les armes, c'est que tu as perdu ton self-contrôle, et donc que tu te places en infériorité par rapport à l'autre. C'est un principe fondamental pour moi. En passant à l'insulte, camarade, tu te rabaisses. Laissons les autres tirer les premiers et usons alors du rapport de force, à notre avantage.

    @ Hervé : que le GIEC soit un organisme politique, bien sûr puisqu'il est une agence intergouvernementale. Cela n'empêche pas que le réchauffement est une question réelle.

    D'autre part, même si le réchauffement n'existait pas, il faudrait réduire la pollution et le poids des hydrocarbures dans notre système économique.

    RépondreSupprimer
  17. Un raisonnement un peu naïf camarade : si tu laisse l'adversaire tirer le premier il y a de fortes chances que sa balle t'aie percé le corps avant d'avoir le loisir de pouvoir répondre.

    De ma courte expérience des conflits c'est toujours l'agresseur qui gagne, jamais celui qui reste sur la défensive.

    RépondreSupprimer
  18. Je n'ai insulté personne, j'ai dit a un con que je le trouvais con, tu vas pas me gonfler pour ça quand même!

    RépondreSupprimer
  19. Il n'y a pas de problèmes. Pas d'arguments, on dit con....
    Maintenant, quand j'aurais trouvé comment avoir un autre avatar que anonyme....

    RépondreSupprimer
  20. @ Fabrice : non, je peux te citer des dizaines d'exemples démontrant le contraire. Globalement, il n'y a pas de règle.

    @ Manuel : non, je t'ai dit ce que j'en pensais.

    @ Anonyme : lorsque tu laisses un com, tu peux simplement signer à la fin, par exemple...

    RépondreSupprimer
  21. Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !

    Par Helga Zepp LaRouche

    Appel envoyé par David C. – david.cabas.over-blog.fr

    RépondreSupprimer
  22. @ David C. : sommet de la dépopulation ? Etonnant slogan...

    RépondreSupprimer